Plongez-vous dans l'univers d'Ao No Exorcist!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 20/02/2012
Age : 21
MessageSujet: Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]   Mer 22 Fév - 15:41

« Koko. »

Mmh … Qu'est-ce que c'est ? J'ai pas envie de bouger là, je suis bien. Quoiqu'un peu mal au dos peut-être, mais si je m'endors, je ne sentirai plus rien. Ah, Morphée, ouvre moi les bras, j'arrive !

« Koko ! »

Cette fois le bruit – très désagréable – s'est fait plus fort. En plus quelque chose me secoue. Mais je n'ouvrirai pas les yeux, sinon je n'arriverai plus à me rendormir. En plus, à présent je sais qui est-ce qui me parle. C'est Chester. Je suis sûr qu'il veut simplement se venger de mon dernier coup. Je crois qu'il n'avait pas trop apprécier que j'attache des nœuds roses à ses oreilles. Je ne peux pas m'empêcher de sourire à cette pensée. Après tout, il n'a pas de main alors il avait du attendre que quelqu'un soit assez gentil pour les lui enlever. Évidemment, il n'avait pas pu compter ni sur moi, ni sur Satoshi.

« Je t'interdis de repenser à hier. »

Oh, je crois qu'il a deviné la raison de mon sourire. Mais sa remarque ne me donne que plus envie de rire. Je place rapidement ma main devant ma bouche pour m'empêcher de partir en un éclat incontrôlable. Je crois que je l'ai vexé car à peine ai-je eu le temps de bouger que je sens quelque chose se poser sur ma tête. Soudainement, la chose se relève en s'envolant … et en tenant mes cheveux entre ses serpes.

« Aïe ! Aïe ! Aïe ! Arrête ! J'ai compris, je me lève ! »

« Pas trop tôt. »

Énervé, je lui jette un regard noir qu'il ignore royalement et masse mon cuire chevelu. C'est que ça fait mal ! Je m'assoie, crois les jambes et les bras et regarde autours de moi. Où est-ce que je suis déjà ? Ah oui … Devant la salle de classe de mon père. Je me suis endormis en attendant qu'il finisse son cours pour lui demander de m'apprendre à invoquer un autre Démon. Encore une fois. Je sais très bien qu'il ne le fera pas, ça fait au moins six mois que je le lui demande tous les jours, et ça fait six mois qu'il me dit que je suis trop petit. Rah ! Il m'énerve ! Mais je suis décidé. A force d'insister, il le fera, ne serait-ce que pour ne plus m'avoir dans ses pattes. Ah moins qu'il n'aime être harcelé ? Est-ce que … Est-ce que j'aurai découvert une partie de Satoshi que je ne connaissais pas ? Une image se forme dans ma tête. Il est en tenu de cuire et se fait poursuivre au ralentis par quelqu'un au visage masqué. Je l'entends dire « Non ! Laisse moi tranquille ! » d'une voix horriblement aiguë alors que ses yeux le contredisent. Je sens que j'ai pâli d'un seul coup. Une frappe sur la tête me ramène au présent.

« Je ne veux pas savoir ce que tu as encore imaginé, » commence Chester « mais lève toi, le cours va bientôt finir. »

Je n'ai pas de montre – lui non plus d'ailleurs, je me demande même s'il sait lire l'heure – mais la question de comment il le sait ne me traverse pas l'esprit. Je suppose que c'est parce qu'il est un Démon. Ou tout simplement parce qu'il a compté dans sa tête ? Ou parce qu'il a une horloge interne ? Ou parce qu-

La cloche sonne la fin du cours et m'empêche de trouver une réponse. Dommage. La porte s'ouvre devant moi et je me précipite dessus. Mon père n'est pas là. C'est quelqu'un d'autre qui a donné cours … Mmh … Il s'est encore foutu de moi. Il savait que je viendrais et il a fait exprès de changer de salle ! Je le sais ! Derrière moi, j'entends le fou rire incontrôlable de Shinji. Je me tourne vers lui et lui jette mon regard le plus noir possible.

« Je suis sûr que tu savais qu'il n'était pas là ! »

« Pe-peut-être, m-mais ta t-tête est t-trop drôôôle ! »

Je tente de le frapper sur la tête mais au moment de le touche, il prend sa forme de fantôme et me laisse brasser le vide. « Pfu. » dis-je, très adulte tandis que lui s'en va plus loin pour se calmer. « Traître. ». Je croise les bras et me prépare à m'en aller quand je sens une main se poser sur mon épaule et me retourner brusquement, manquant de me faire tomber. C'est qu'il est fort le bougre !

« Oh, si ce n'est Monsieur-j'me-la-joue ! »

Hein ? C'est qui lui ? C'est moi qu'on appelle comme ça ? En plus, je ne sais pas qui me parle. J'ai déjà du le voir quelque part pour qu'il réagisse comme ça. Voyons, réfléchissons … Vu son âge, c'est un étudiant. Est-ce que je lui aurai fait quelque chose il n'y a pas longtemps ? Non, je m'en serais souvenu … Peut-être.

« Je crois qu'on a des choses à se dire tous les deux après ce que tu m'as fait. » me chuchote-t-il en m'attirant loin de la foule.

Ah, donc oui je lui ai bien fait un truc. Mmh … Mmh … Ah ! Je sais pas ! J'ai beau réfléchir sa tête ne me revient p- … Ah oui c'est vrai ! Je me souviens maintenant. Mais ça doit faire un mois maintenant, ne me dîtes pas qu'il m'a gardé rancune tout ce temps ? En plus, ce n'était pas moi, c'était Chester qui lui avait lancé un sac de farine dessus alors qu'il pleuvait dehors – il était juste sous mes ordres. D'ailleurs où est-il maintenant ? Chester ? Youhou ! J'ai besoin d'aide, stupide chauve-souris !

« Ca m'étonnerait, je n'ai rien fait de mal. J'avais simplement cru entendre que tu voulais faire un gâteau et qu'il te manquait un ingrédient, je ne pouvais pas rester sans rien faire... »

Je lui offre un sourire en coin que je sais horripilant. Je crois aussi qu'il est énervé parce que je n'ai pas l'air d'avoir peur. Pourtant, si, mais je ne le montre pas, je ne suis pas assez effrayé pour ça. Qu'est-ce qu'il croit ? Que c'est la première fois que l'on vient me voir à cause de ce que j'ai fait ? Il est vraiment stupide de penser ça … Il mériterait que j'ajoute les œufs à la farine. Tsk, faut tout lui apprendre.

Cependant il n'a pas l'air ravis de mon commentaire et me plaque brusquement contre le mur. Je sens ma tête buter contre et le monde semble danser autours de moi. Un tel phénomène aurait pu être amusant en tant normal, voir tout tourner ainsi … Mais en cet instant ce n'est pas drôle. Mes jambes me lâchent, mais l'autre idiot me retient par le col. Je l'entends rire et dire quelque chose que je ne comprends pas, mais je suppose que ça doit ressembler à « Je te l'avais bien dis ! » Comme font les méchants dans les histoires. Soudainement, un coup de poing dans le ventre me coupe la respiration. L'autre me laisse retomber au sol mais je n'y fais pas attention. Je suffoque, je n'arrive plus à respirer.

Alors que, petit à petit, j'arrive à reprendre mon souffle, quelqu'un s'agenouille à côté de moi. Des questions telles que « Ca va ? » ou « Qu'est-ce qu'il s'est passé ? » fusent mais je ne peux pas encore répondre. L'imbécile a du s'enfuir parce que je ne le vois plus. Je sens qu'on me soulève et qu'on me porte à travers les couloirs. Lorsque l'on me pose, c'est dans un lit – blanc – dans une pièce – blanche – avec quelques rares personnes en pyjamas – blancs. Ah, l'infirmerie, bien sûr. Mais qu'est-ce que je fais là ? Ce n'est pas comme si je n'allais pas m'en remettre. D'accord j'ai encore un peu mal à la tête – en fait ça tourne toujours – mais ce n'est pas une raison. Je me mets rapidement en position assise mais le monde se remet à danser la samba. J'attends le temps que ça se calme un peu, et quand je pense être prêt à me relever, je vois quelqu'un se diriger vers moi. Uh ? C'est qui lui ? Vu son âge, il doit être étudiant. Qu'est-ce qu'il vient faire là ?

« Quoi ? On ne prend pas la peine d'envoyer quelqu'un de qualifié pour réparer les erreurs d'un de ses camarades ? Comme si j'allais jouer au cobaye. Je tiens encore à la vie. »

Je ne prends cependant pas la peine de lever et de partir. Si je n'arrive pas à tenir sur mes jambes, je n'ai pas envie qu'un autre idiot voie ça. Mais ce qui me préoccupe le plus, ce n'est pas ça. Où est donc passé ce traitre de Chester, que je le plume une bonne fois pour toute ?

_________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Shinji Mako le Mer 22 Fév - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fonda Tout Puissant.
Messages : 228
Date d'inscription : 16/02/2012
Age : 23
MessageSujet: Re: Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]   Mer 22 Fév - 18:12

Franchement, s’il y avait quelque chose que Rin faisait parfaitement bien, c’était la cuisine, il n’y avait strictement rien à redire là-dessus. Si seulement, il pouvait être si bien appliqué dans ses études, cela faciliterait beaucoup de choses. Même énormément. Enfin, il ne fallait pas trop demander ni s’attendre à des miracles. Autant profiter du moment présent. Yukio avait enfin trouvé un peu de temps, et en avait profité pour aller s’asseoir sur un banc dans le parc, mangeant au calme. Toute l’agitation qui régnait dans l’Académie, très peu pour lui. Il avait déjà l’impression d’avoir la tête grosse comme un seau, alors inutile d’empirer la situation.

Quoiqu’il en soit, il devrait bientôt repartir, c’est qu’il avait un cours à préparer pour le lendemain. Et au plus tôt il s’y prendrait, mieux ce serait. Bien évidemment, il avait déjà quelques idées, et en avait déjà marquées quelques-unes par écrit, mais il fallait que le tout soit parfait. Pas question d’arriver avec un cours incomplet. Terminant donc de manger, il lança un vague coup d’œil à côté de lui, où quelques élèves semblaient se disputer. Pour une broutille certainement. Lâchant un vague soupir il hésita sur l’attitude à opter : Faire comme si de rien n’était, ou alors intervenir et aller leur faire une remarque ?

…Finalement il n’aurait besoin de ne faire ni l’un ni l’autre, étant donné qu’en un rien de temps, ils semblaient déjà s’être réconciliés. Tant mieux, ce n’est pas comme si faire des remarques était son passe-temps préféré. Mais bon, il fallait bien qu’il y ait quelqu’un pour les faire. Et même si son âge n’avait rien d’avantageux dans ces cas-là, il essayait de se débrouiller du mieux qu’il pouvait. Enfin soit. Rangeant son bentô dans son sac, il regarda l’heure avant de se diriger droit vers l’énorme bâtisse à ses côtés. Il n’avait pas de temps à perdre.

Remontant ses lunettes d’un geste machinal, il alla donc de couloirs en couloirs, saluant les quelques personnes qu’il connaissait, que ce soit de vue, ou pour leur avoir parlé à plusieurs reprises. Après tout, il n’avait aucune raison de ne pas le faire. Quoiqu’il en soit, après quelques instants il gagna enfin l’endroit voulu : la Salle des Professeurs. Pourquoi ne pas aller dans son dortoir ? …Tout simplement parce que Rin s’y trouvait peut-être. Non pas qu’il le fuyait par peur ou par quoique ce soit d’autre, mais il cherchait tout simplement le calme.

Et puis de toute façon, même si son frère se taisait il se connaissait, lui ne pourrait pas s’empêcher de faire une quelconque remarque. Comme celle qu’il se bouge pour faire ses devoirs au lieu de rester vautré dans son lit. C’était plus fort que lui, il avait besoin de lui remonter les bretelles, mais de toute façon on lui avait assuré la garde de Rin en quelques sortes. Alors il s’en occupait. Mais il se rendait bien compte que rester derrière lui toute la journée à lui faire des remarques n’avait strictement rien d’amusant ni d’instructif. Ils finiraient par s’énerver tous les deux et cela partirait en disputes interminables. Conclusion cela n’aboutirait strictement à rien.

Mais bon, pour le moment il ferait mieux de se concentrer sur son prochain cours au lieu de divaguer. Entrant donc dans la salle, il ne fit pas vraiment attention aux personnes présentes, se contentant de prendre une place plutôt isolée. A vrai dire, il ne fréquentait pas tellement cette salle, ne l’aimant pas particulièrement. Ou plutôt, les personnes s’y trouvant le regardaient parfois d’un peu trop de haut à son goût. Mais bon, il les comprenait, de leur point de vue, il restait un gamin de 15 ans. Même s’il avait déjà fait ses preuves en tant qu’Exorciste. Ceci dit, cette attitude lui donnait encore plus envie de leur montrer de quoi il était capable, et dans un sens grâce à eux, il allait plus de l’avant. Comme quoi, cela n’avait pas que des côtés négatifs.

Prenant donc ses feuilles, ainsi que de quoi écrire, il se plongea dans son travail. Tant et si bien qu’il n’entendit pas qu’on l’appelait. Non vraiment, une fois qu’il était parti dans quelque chose, il était difficile de l’en faire sortir. Et la personne qui cherchait à avoir son attention dû certainement le remarquer. Et hésita même peut-être à interrompre quelqu’un d’aussi appliqué. L’adolescent continuait d’écrire frénétiquement, barrant de temps à autres des morceaux de phrases, pour ensuite recopier le tout sur quelque chose de plus propre. Yukio ne remarqua pas non plus que l’on se rapprochait de lui. Ce ne fût que lorsqu’une ombre se dessina au-dessus de lui, et qu’une main arriva sur son épaule qu’il tourna la tête en remontant ses lunettes vers celui qui cherchait à lui parler.

’-Mr Okumura ? On vous demande pour vous occuper d’un cas à l’infirmerie, ce n’est apparemment pas très grave, mais il vaudrait mieux vérifier’

…Ne voyait-il donc pas qu’il était occupé ? Il l’avait certainement vu, c’était assez difficile de ne pas le remarquer en même temps, mais il ne pouvait pas se permettre de l’envoyer sur les roses. Après tout, un élève avait besoin de soins, et si l’on s’était adressé à lui ce n’était pas pour rien. Du moins il l’espérait, parce que si c’était pour aller jusque-là, juste pour se retrouver face à quelqu’un de capricieux, ce n’était franchement pas la peine de se bouger.

’-Très bien, je m’en occupe tout de suite, merci de m’avoir prévenu.’

Lança l’adolescent en accrochant un sourire -…Faux bien évidemment il n’avait pas la moindre raison d’être joyeux avec cette nouvelle- et en rangeant ses papiers. Il s’en occuperait donc plus tard. De toute façon, il aurait encore le temps ce soir, étant donné qu’il n’avait pas vraiment besoin d’énormément d’heures de sommeil. Quatre lui étaient bien suffisantes. Rangeant donc toutes ses affaires, il remit son sac sur son épaule, et ressortit de la salle, se dirigeant vers l’infirmerie.

‘Apparemment pas très grave’, si c’était réellement le cas, pourquoi ne pas avoir confié ce cas à quelqu’un d’autre ? Ou alors, justement peut-être ne voulait-on pas lui confier des cas plus urgents ?...Non c’était ridicule de penser comme ça. A moins que l’on la lui ait refourguée parce qu’il était le plus jeune, et que par conséquent on se disait qu’il ne refuserait pas. Certes, il était une bonne poire, une grosse même, mais un jour si cela continuait de la sorte, il dirait ce qu’il pensait. Peut-être. Parce que si après personne ne s’occupait de ses cas, il le ferait tout de même.

Arrivant enfin à l’infirmerie, il s’arrêta quelques instants, avant qu’on ne lui indique la personne dont il devait s’occuper. …Ce n’était pas un élève ? Il n’en avait pas l’impression en tout cas, il n’avait jamais mis les pieds dans sa classe, c’était sûr. Alors qu’il remontait une nouvelle fois ses lunettes, il le vit se relever légèrement avant qu’il ne le regarde à son tour. En le prenant pour un étudiant. Après tout, il ne pouvait pas nier le fait que même s’il portait l’uniforme des Exorcistes de l’ordre des Chevaliers de la Croix-Vraie, cela n’allait pas vieillir son visage pour autant.

Enfin, ce genre de remarque il en recevait auparavant tous les jours, et bien qu’elles soient de plus en plus rares ces derniers temps, elles persistaient encore. Bon, il n’allait pas non plus engueuler la personne qui se trouvait devant lui, même s’il méritait un peu plus de respect que ça. Autant le lui faire remarquer sans pour autant l’accuser en le pointant du doigt par la même occasion.

’-Je suis le Professeur Okumura, j’enseigne la pharmacologie anti-démons. Et avec mon titre de Soigneur, je ne pense pas que votre vie ne soit en jeu.’

Dit-il calmement, avant de prendre une chaise qui se trouvait non loin de lui, et la tira à ses côtés, afin de s’asseoir dessus. Ceci fait, il lança un regard au patient, essayant de voir ce qu’il pouvait bien avoir. Mais alors qu’il le détaillait, son visage lui revint en mémoire. Il avait dû le croiser à quelques reprises, peut-être même deux trois fois, mais il l’avait déjà vu. Tout en reprenant son sac, le mettant sur ses genoux, il lança un bref regard par-dessus ses lunettes au garçon sur le lit.

’-Tu es…Shinji, c’est bien ça ? Le Professeur Tsukio a déjà parlé de toi.’

Bon en soi, il ne pouvait pas prétendre connaître son homologue plus que ça. Il ne cherchait pas non plus à sympathiser avec toutes les personnes sur son passage en même temps. Sortant quelques fioles, il lança un regard aux objets en verres, avant de le reporter sur son interlocuteur.

’-As-tu mal à un endroit bien spécifique ?’

Au moins, s’il lui répondait cela lui permettrait de faire avancer les choses et avec un peu de chance, cela ne lui prendrait pas trop de temps. De la sorte, il pourrait assez vite terminer son cours. Non il n’aimait pas être coupé dans son élan, loin de là. C’était quelque chose qu’il n’arrivait absolument pas à supporter. Il aimait faire les choses à fond, et pas en plusieurs morceaux. Parce que sinon, il y avait toujours des idées dont il ne se souvenait plus. Chose légèrement fâcheuse.

’-Que s’est-il passé en fait ? Tu n’es pas obligé de tout me raconter dans tous les détails, mais ce sera plus facile pour moi si je connais la cause de tes blessures.’

Il n’y avait plus qu’à espérer qu’il veuille bien lui répondre, sinon il se débrouillerait comme il le pouvait. Mais bon, sa vie après tout n’était pas non plus en jeu, et cela ne semblait pas très grave, tout comme on le lui avait annoncé en fait. Dans un sens, c’était bien, c’était plus calme qu’un cas urgent où chaque seconde comptait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exorcist-s-life.forumgratuit.be
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 20/02/2012
Age : 21
MessageSujet: Re: Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]   Mer 22 Fév - 19:38

Mh. Je vois. Je vois même parfaitement bien. Donc ce nabot – qui ose dire que je suis plus jeune ? - est un prof'. Ca explique le pourquoi du comment de sa tenue. Il est vrai que je n'y avais pas réellement fait attention, à force de la voir partout je m'y suis habitué. Et puis qui aurait pu imaginer qu'un gamin pourrait enseigner ? C'est vraiment n'importe quoi. L'académie se dérade de jours en jours décidément. Je réfléchis à ça quelques jours avant de me souvenir. Mais oui ! Mon père m'a parlé d'un jeunot de quinze ans qui serait déjà exorciste - Okumura-sensei. Franchement … Comment peuvent-ils penser qu'il fera l'affaire ? Premièrement, il se fera marcher sur les pieds, deuxièmement il ne doit avoir aucune expérience en terme de Démons – même moi je pourrai en avoir plus – et troisièmement … C'est une blague non ? Ce doit être ça. Ca ne peut pas être autre chose. C'est la deuxième fois aujourd'hui que je pose ma main pour réprimer un rire en l'imaginant dans une de ces parodies de professeurs qui ne savent pas se faire respecter, le vacarme dans la pièce et les boules de papiers volantes avec. Cependant, cette fois-ci je suis plus subtile et simule un bâillement. Pour une personne normale, c'est vexant, mais moi j'ai l'habitude de bâiller à tout vas – ce n'est pas ma faute si mon organisme a besoin d'autant récupérer, bien que je ne fasse rien de spécial. Bref. Je viens de remarquer un truc.

Il est passé du vouvoiement au tutoiement. Comme s'il me connaissait. C'est en tout cas l'impression qu'il me donne avec sa phrase. Alors comme ça Satoshi lui a parlé de moi ? J'avoue que ça me rend heureux d'entendre ça. S'il parle de moi, c'est qu'il est fier de moi n'est-ce pas ? Je sens mon visage s'empourprer à cette pensée et secoue la tête pour reprendre mes esprits. Il n'y a pas de quoi être si content, évidemment qu'il est fier de moi, je fais tout ce que je peux pour ! Quoi qu'il en soit, je dois réfléchir de mon côté. Vais-je utiliser le si respectueux 'vous' ou le moins respectueux et plus familier 'tu' ? Je suis partagé, parce que le fait que lui soit passé au tutoiement tout d'un coup m'énerve. Le fait qu'il soit si jeune et déjà exorciste m'énerve. Le fait qu'il a sans aucun doute attrapé la grosse tête à cause du fait précédent m'énerve. Mais il est professeur, et vu son âge il ne sera pas à la retraite quand moi je serais élève. Raah ! Dilemme ! Le plus sage serait de montrer du respect, parce que de toute façon au fond de moi je le respecte un peu d'avoir déjà atteint se rang malgré qu'il soit jeune, j'aurais voulu être dans le même cas, cependant … Le côté énervant a gagné. Bien. J'utiliserai « tu » et tant pis pour mes futurs notes. Au pire et s'il est injuste, je pourrai me plaindre auprès de mon père qui lui remettra les bretelles en place. Oui, je sais. Je suis parfaitement insupportable et je vous remercie de ce compliment.

Si j'ai mal quelque part ? Je pourrais dire que sa voix me fait mal à la tête et qu'il ferait mieux d'aller babiller ailleurs, mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée alors je me vais me retenir. Si Chester était là, il me dirait d'un air narquois : « Sage décision Shinji, on voit que tu as gagné quelques neurones depuis hier, je te félicite. » Mais il n'est pas là, le rat. En plus c'est à cause de lui si je suis ici. S'il avait intervenu, j'aurai pu m'en sortir sans trop de dégâts. Il me le paiera quand il apparaîtra. Enfin en attendant, il n'est pas là et je crois que toutes ces pensées m'ont légèrement énervée.

« Ca ne me gêne pas de raconter ce qu'il s'est passé, sensei.. » J'ai bien appuyé sur ce mot parce que je trouve ça ridicule de l'appeler comme ça, et j'ai raison. J'imagine mon père l'appeler ainsi lui aussi. Je crois qu'il préférait s'arracher la langue plutôt que de le faire. « Parce que ce n'est pas comme si c'était ta faute ou celle des autres professeurs de ne pas faire respecter l'ordre dans les couloirs. Je suppose que je n'ai pas besoin de ta protection puisque je ne suis pas élève ici. »

Je m'avance sur le bord du lit et balance mes pieds dans le vide. Je suis trop petit pour atteindre le sol – non, je ne suis pas minuscule, ce sont les lits qui sont haut. Si. Si c'est vrai. Sans lui laisser le temps de répondre, je reprends la parole, le sourire aux lèvres.

« Mais puisque vous m'avez posé la question, un apprenti exorciste qui n'aimait pas Satoshi a décidé de se venger sur moi. » Avec un peu de chance, il est du genre à trouver ça inacceptable que je me sois fait attaqué à cause du mauvais caractère de mon père. Avec un peu de chance, il ira le sermonné. Avec un peu de chance, je pourrai assister à la scène et avoir ma dose de rire. Enfin, ce n'est pas encore gagné. En plus, Satoshi n'appréciera peut-être pas vraiment que me serve de lui pour dissimuler mes méfaits. Bah, tant pis, c'est trop tard à présent. « Il m'a plaqué contre le mur puis … m'a donné un coup de poing au ventre. » Je commence doucement à sangloter pour rajouter au drame. Je suis fier de pouvoir pleurer sur commande, c'est un talent inné. « J'avais vraiment peur … Je ne pouvais rien faire parce que je suis trop faible par rapport à lui. J'avais la tête qui tournais et je n'arrivais même pas à me relever. »

Cette dernière partie était vraie. J'avais eu peur – bien que je n'admettrai jamais ça à qui que ce soit si je devais répondre sérieusement – et j'étais réellement impuissant, avec la tête qui tourne et l'incapacité de bouger. La personne qui m'a amenée ici – qui que ce soit, bénie soit-elle – peut en témoigner. Je ne sais pas réellement si mon manège aurait pu marcher étant donné la manière dont je viens de me comporter, et malheureusement je ne le saurais peut-être jamais, parce qu'au moment de me taire, j'aperçois quelque chose, un peu plus loin. Mes fausses larmes disparaissent comme par miracle et je bondis sur mes pieds, un doigt accusateur pointé vers une ombre qui n'avait aucune raison d'être, mais la tête me tourne soudainement et je retombe sur le lit, un peu sonné. Cependant, je suis toujours conscient et je n'ai pas oublié ce … ce sale …

« Traître ! Tu m'as laissé seul alors que tu devais savoir où j'étais ! Chauve-souris de mes deux ! Je vais te faire frire à la poêle, te couper en morceaux et te manger jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien ! Approche, froussard que je t'arrache les oreilles ! »

L'ombre se détacha du sol et apparurent trois petits fantômes noirs qui eurent vite fait de se transformer en Chester dont le sourire ne faisait aucun doute quant à sa connaissance des faits.

« La prochaine fois, tu ne m'accrocheras pas de nœuds sur les oreilles. »

Le sagouin s'approche et se perche sur le sommiers du lit, veillant à se mettre assez loin de moi cependant. Une idée me vînt soudainement. Une bonne, très bonne idée.

« Okumura-sensei ? Je réellement désolé pour tout ce que j'ai dis auparavant. En fait, j'aurai un service à vous demander … » je ma phrase en suspens et fixe Chester dans les yeux, un sourire qui n'annonce rien de bon – pour lui – aux lèvres. « Voyez-vous, il se trouve que j'aimerai me débarrasser d'un Démon. Vous pourriez m'aider non ? Après tout, un exorciste qui ne tue pas de Démons n'est pas un exorciste. »

Je suis certain que si l'on pouvait voir la peau de Chester, elle serait brusquement devenue blanche. « Tu n'y penses pas ? » semble-t-il dire à travers son regard. Mon sourire ne fait que s'agrandir. Je me tourne vers le petit professeur et lui offre mon regard qui fait craquer toutes les filles. Malheureusement, il n'est pas une fille.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fonda Tout Puissant.
Messages : 228
Date d'inscription : 16/02/2012
Age : 23
MessageSujet: Re: Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]   Mer 22 Fév - 20:55

Reportant son attention sur une des fioles, l’adolescent fronça légèrement un sourcil, avant de commencer à la secouer de gauche à droite. …Mouais. Il faudrait qu’il pense à en refaire, parce que là l’était du dit médicament devenait un peu à désirer. Encore une chose à faire à rajouter sur sa liste. Il trouverait bien à un moment où à un autre le temps de le faire, il le fallait de toute façon. Mais ceci dit, il valait mieux la mettre en priorité, après tout il ne savait absolument pas dans combien de temps il en aurait exactement besoin. Dans une semaine, trois mois, cinq jours, sept heures, la liste pouvait être on ne peut plus longue et incertaine. C’est pourquoi il devait toujours s’assurer d’en avoir sur lui. En bon état de préférence.

Bon, s’il s’agissait comme ici d’un cas à l’infirmerie, pas très urgent qui plus est, ce n’était pas grave, mais à tout moment il était susceptible de se voir confier une mission, et dans ce cas-là, il pouvait arriver tout et n’importe quoi. Surtout qu’il était plutôt pessimiste de nature, si on lui demandait le déroulement d’une situation, et qu’il y a deux options, il choisira certainement la plus dramatique. Mais il vaut mieux être agréablement surpris que le contraire n’est-ce pas ? C’est pourquoi il préférait être pessimiste. Il n’avait rien à perdre et tout à gagner, contrairement aux optimistes. Bon c’était de son point de vue, bon nombre de gens lui avaient déjà dit de regarder les choses du bon côté, mais cela n’avait strictement rien changé. C’est qu’il pouvait être têtu lorsqu’il le souhaitait. Et pas qu’un peu.

Il nota donc mentalement le fait qu’il doive vérifier au plus vite toutes les fioles qu’il possédait. Tant qu’il y était, il valait mieux tout vérifier. De la sorte, il ferait tout d’une fois. Si besoin il irait le lendemain se réapprovisionner à la pharmacie des Moriyama. Il trouverait bien un peu de temps libre pour s’y rendre. Sinon il en ferait, quitte à laisser tomber autre chose de moins important. Il y aurait toujours moyen de modeler son emploi du temps à sa guise pour faire passer les choses les plus importantes en premières. Même si elles arrivaient à l’improviste. Certes, ce n’était pas ce qu’il préférait, aimant avoir quelque chose de net et précis à faire, mais il avait bien dû s’y faire. Après tout la vie n’était pas un long fleuve tranquille, il s’en était rendu compte depuis déjà bien longtemps à vrai dire.

Quoiqu’il en soit, même si l’envie de commencer à inspecter de fonds en comble toutes ses fioles le prenait, Yukio reporta son attention sur le jeune garçon en face lui, bien qu’il soit de deux ans son cadet, essayant déjà de déterminer ce qu’il avait. Ou du moins une partie. C’est qu’il ne semblait pas si blessé que cela à vrai dire. Comparé à ceux qui se trouvaient autour de lui, il pouvait se dire extrêmement chanceux. Sans aucun doute que beaucoup de monde aurait aimé avoir sa place, et ce n’était même pas très difficile à deviner, rien qu’en regardant son voisin de gauche, qui était face au professeur. Avait-il été touché par un Démon ce pauvre homme ? Ce serait bien possible. Mais le jeune Okumura n’allait pas attarder son regard sur cette personne, après tout ce n’était pas son patient, et il n’allait pas s’amuser à le détailler durant cent cinquante ans. Il valait mieux s’occuper de son propre patient.

…Patient qui avait plus l’air de se moquer de sa position qu’autre chose. Certes si l’on prenait simplement ses paroles sans le ton employé, il l’aurait appelé respectueusement, mais la façon dont il avait prononcé le mot suffisait à faire comprendre à n’importe quelle personne qu’il semblait trouver ça stupide de l’appeler ainsi. Cependant, Yukio ne bougea pas d’un poil, ne rechignant pas non plus. Il l’avait plus l’impression d’être une pinatã géante par moment. Sauf que lorsqu’il aurait encaissé trop de remarque dans le genre, il exploserait littéralement et la pauvre personne qui se trouverait face à lui risquerait fort de le regretter. Mais heureusement pour le ‘malade’ ce ne serait pas pour lui. Du moins pas pour le moment. De toute façon, il fallait bien que l’exorciste se rende à l’évidence. Partout où il irait il aurait ce genre de commentaire dû à son âge. Si certaines personnes trouvaient ça fantastique, le prenait pour un génie, un prodige, appeler ça comme vous le souhaitez, d’autres pouvaient trouver ça ridicule. Certaines étaient jalouses sans doute, d’autres le pensaient réellement. Confier un tel titre à un adolescent, il fallait être écervelé non ?

…De toute façon, qu’ils racontent ce qu’ils veulent, il devait passer au-dessus de tout ça. Sinon il n’arriverait jamais à rien s’il s’arrêtait sur des bêtes paroles. Si on lui avait donné le titre d’exorciste, de professeur et de deux meisters, c’est qu’il les méritait point final. Il ne fallait pas qu’il doute de lui-même, c’était la dernière chose à faire. Surtout qu’il fallait qu’il protège correctement son frère. Et pour ça, il fallait tout d’abord qu’il ait confiance en lui-même. Ce n’était pas fameux pour le moment à ce niveau-là, mais il y avait un énorme progrès depuis quelques années, il fallait l’avouer.

’-Ce n’est pas une question d’être élève ou non. Nous n’avons pas la possibilité d’être partout en même temps. Nous faisons de notre mieux.’

Ainsi, il avait été victime d’un élève plus âgé que lui ? Sans doute. Après tout, cela ne l’étonnait pas tellement. Beaucoup de personnes devaient être dans son cas. Mais il nota aussi le tutoiement. Était-il aussi familier parce qu’il l’avait utilisé lui aussi ? Bien possible. Peut-être pour lui faire remarquer justement qu’il ne l’aimait pas. Mais bon, il faisait ce qu’il voulait non ? Après tout, ce n’était pas comme si il lui manquait totalement de respect en lui parlant n’importe comment non plus. Merlin, il était là pour le soigner après tout, et non pour remettre en question son statut de professeur !

…Était-ce à cause de son père qu’il avait été bizuté ? D’après ce qu’il racontait, oui, mais comment pouvait-il le croire ? Oui mettre en doute la parole des gens n’était pas génial, mais il n’avait strictement aucunes preuves de ce que le jeune avançait. Même s’il lui avait demandé de raconter les faits, cela ne l’empêchait pas de les remodeler à sa manière. Quoiqu’il en soit, Yukio resta coi, attendant la suite et la fin pour prononcer son jugement. Mais alors qu’il continuait à parler, l’exorciste eut une sensation de déjà-vu. Et pas qu’un peu. Il avait l’impression de se revoir plus jeune à l’école. Sauf que lui, Rin était toujours arrivé plus ou moins à temps. Non, il ne supportait pas ces gens qui se prenaient pour plus fort parce qu’ils étaient plus âgé, ou qui profitaient justement des plus faibles. Mais qu’est-ce qu’il pouvait bien faire si ce n’est faire des remarques et essayer d’empêcher que quelque chose ne se produise s’il arrivait à temps ? Pas grand-chose. Faire des discours pacifiques était très beau mais n’avaient strictement aucun effet.

Alors qu’il allait reprendre la parole, son patient sembla remarquer quelque chose d’anormal. Automatiquement, Yukio tourna la tête, apercevant une espèce d’ombre qui ne se trouvait absolument pas à un endroit normal. Qu’était-ce ? Un Démon ? Peut-être, mais vu sa taille actuelle, il ne devait pas être très dangereux. En tout cas, malgré sa couleur ce n’était pas un coaltar. Prêt à sortir un, voir les deux, de ses revolvers si besoin, le professeur fixa le ‘nouveau venu’ jusqu’à entendre du bruit à côté du lit. Le garçon venait de se relever. Beaucoup trop vite.

’-Doucement ! Tu vas…’

Trop tard, il était déjà retombé, mais encore heureusement sur le lit. Sinon son état ne se serait absolument pas amélioré, bien au contraire. Mais alors que le brun fronçait légèrement les sourcils, essayant de voir s’il allait toujours bien, son interlocuteur reprit la parole. Sauf qu’il ne la lui adressait pas. Plutôt à l’ombre en fait. Il s’agissait bel et bien d’un Démon. …Serait-il possible que l’enfant l’ait invoqué ? Tout à fait, après tout son père adoptif avait pu lui apprendre. Ce n’était pas très compliqué après tout. Et vu le peu de caractère qu’il avait pu remarquer chez le garçon, il n’était pas étonnant qu’il puisse devenir un Tamer.

Tiens…Voilà maintenant qu’il s’excuse. Pourquoi donc ? Aurait-il quelque chose à lui demander ? Si ce n’était pas le cas, pourquoi réagirait-il ainsi ?...Et voilà, il avait un service à lui demander. Pourquoi s’en était-il douté ? Mais cette fois-ci, il y avait beaucoup moins d’ironie dans sa voix. En plus il lui offrit un regard…qui se voulait sans doute mignon. Mais qui ne fit strictement aucun effet chez Yukio. Il se contenta de remonter ses lunettes, ignorant les dernières paroles de son interlocuteur, préférant prendre une de ses armes en main, la pointant droit sur le Démon.

’-Je suppose que tu parles de celui-là. Un Démon d’ombre, un siroul si je ne m’abuse. Une balle suffirait pour s’en débarrasser définitivement, mais je te préviens, il te sera plus difficile d’en invoquer un autre après ça, si tu es aspirant Tamer.’

Non la perspective de lui tirer dessus ne le dérangeait pas le moins du monde. C’était un Démon non ? Il pouvait représenter un danger, et puis demandé si gentiment, il ne pouvait pas refuser ça à son interlocuteur n’est-ce pas ? Ceci dit, il allait peut-être se raviser en voyant que Yukio semblait sérieux. …En fait il l’était. Comme je viens de le dire cela lui importait que très peu de tirer ou non.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exorcist-s-life.forumgratuit.be
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 20/02/2012
Age : 21
MessageSujet: Re: Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]   Mer 22 Fév - 22:46

Et mais … Et mais … C'est qu'il le ferait en plus ! Sale morveux prétentieux ! Pas touche à Chester ! Nan mais ça va pas ou quoi ? Humour mon gars, humour ! C'est pas parce que tu portes des lunettes que tu dois forcément être sérieux. Je me lève brusquement dans le but de m'interposer entre l'arme et mon ami et évidemment, étant donné que je suis stupide, j'ai encore une fois oublié que me lever si rapidement est tout sauf une bonne idée. Alors évidemment je tombe. En arrière. Mais Chester n'est pas d'accord. Cependant, loin de lui l'idée de me rattraper et à l'aide de l'une de ses patte, il me fait basculer en avant. Sur le professeur. Le bon point, c'est que comme ça il n'est pas en mesure de tirer sur Chester. Le mauvais point est que si je suis dans complètement écroulé sur l'autre, c'est justement à cause de ce stupide Démon. Ce qui fait que le dit 'autre' pourrait s'en trouver énervé. Moi je m'en fiche un peu, j'ai l'habitude, mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Alors je me retourne et ouvre mes bras à Chester. Celui-ci ne se fait pas prier et prend sa forme d'ombre pour se glisser sous mes vêtements. Comme ils sont amples, on ne peut pas voir où il est – on avait déjà fait l'expérience en disant à mon père qu'il avait disparu. Je crois qu'on l'avait laissé chercher deux ou trois heures. Je me souviens par contre très bien des représailles. J'en frissonne encore. Je regarde de nouveau Okumura et lui lance un regard victorieux.

« Vous pouvez tirer si vous voulez, mais si vous me toucher je ne donne pas cher de votre peau. Un exorciste qui tire sur un humain … Dans l'académie en plus. Tssk tssk, je suis presque curieux de voir quelles seront les conséquences. Officielles comme officieuses, parce que mon père ne laissera jamais passer ça. »

A peine ai-je fini ma phrase que je vacille à nouveau. Oops, trop plein d'action en peu de temps. Je tombe de nouveau, mais cette fois, bien que j'ai tenté de me rattraper au lit, je glisse et m'écroule au sol. Je gémis de douleur à cette brusque rencontre. Bien. C'est décidé. Je ne bouge plus. De toute façon, ce n'est pas nouveau, des malaises j'en ai déjà fait, je suis assez fragile à ce qu'on dit, alors je sais qu'il suffit d'attendre et ça passera. C'est juste que le coup à la tête m'a plus sonné que ça ne l'aurait fait à quelqu'un d'autre. Je m'allonge à même le sol et tire la couverture de sur le lit pour me couvrir avec. Ce n'est pas la première fois que je dors dans cette position, je l'ai même fait aujourd'hui, il y a peu. L'autre nabot doit me prendre pour un gamin, mais de toute façon je suis un gamin, alors il n'y a pas de mal. On me le répète à longueur de journée, je le sais. « Gamin, qu'est-ce que tu fais ici ? T'as pas l'âge d'être étudiant. » « Dégage Gamin, laisse place à tes sempais » « Comment t'oses nous faire ça ? Tu vas prendre chère gamin ! ». Donc je suis un gamin et ça me va très bien, merci. Bref.

« Tu viens tout juste de dormir, ça ne t'as pas suffit ? »

Ça c'est Chester qui décide de faire sa mère poule. Je déteste quand il fait ça. Je me contente de lui répondre d'un « Nyan » semblable à un miaulement. De quoi j'me mêle après tout ? Je me bouche les oreilles et me roule en boule, profitant au maximum de ces couvertures, moelleuses. Mais il n'abandonne pas et revient à la charge, me chuchotant à l'oreille de manière que même en tentant de faire taire le bruit environnant, je sois obligé de l'entendre.

« Tu sais qu'il pourrait profiter que tu dormes pour venir m'attraper. Et tu te retrouveras seul … »

Ca a don de me réveiller. Je sais bien que c'est sans doute des paroles de Démon d'auto préservation, il n'empêche qu'il a tout de même raison. Je l'aime bien moi au final mon Chester. Je me relève en position assise – doucement cette fois-ci – et jette mon regard le plus noir à Okumura, les mèches sombres me tombant sur les yeux. Cependant, je sais que j'ai simplement l'air d'un garçon qui boude, je peux le voir à sa tête. Personne ne prend au sérieux un gamin de treize ans. Même mon père, quand je le regarde ainsi il passe une main dans mes cheveux et me fait « Mais c'est qu'il grandit l'ptit bout ! Tu pourras bientôt me faire peur, il te manque juste quelques centimètres. » Pourtant je fais tout comme lui ! J'ai appris à faire le même regard que lui, parce que lui quand il regarde comme ça, ça fait réellement peur, mais chez moi ça ne marche pas. Rah ! Ca m'énerve !

« En fait, vous êtes quelqu'un de vicieux non ? »

Ce n'est pas réellement une question, bien que ça puisse y paraître. Après tout, rares sont ceux qui avouent l'être. Mais lui l'est, sinon il n'aurait pas voulu tirer sur Chester alors qu'il devait savoir qu'au fond je l'aime bien, malgré tout. Je ne peux pas rester avec quelqu'un comme lui, c'est trop dangereux. Il serait même capable de me tirer dessus, j'en suis sûr. Je dois fuir, m'évader ! Alors même que j'ai finis de parler, je m'allonge et roule sous le lit. De là, j'entreprends de ramper aussi vite que possible sous plusieurs lits. D'accord, il pourra me suivre plus rapidement que moi qui suis obligé de me traîner par terre – j'espère que le sol est propre, sinon Satoshi aura de lessive à faire – mais j'ai un avantage : il ne sait pas où je vais m'arrêter ! Ou peut-être que si … Hum. Bonne question. Bon, il a du me voir, autant que je sorte. Lorsque je m'extirpe de sous un lit – je ne sais pas lequel, j'ai pas fait attention – je tombe nez à nez avec son propriétaire. Beurk.

« Vous savez, on ne vous l'a peut-être pas dis mais vous êtes vraiment pas beau à voir. Pour réussir à être autant blessé, vous ne devez être vraiment faible. C'est à cause de vous que les gens normaux meurent. Je suis sûr qu'on doit vous détester pour votre incompétence. Même si on ne vous le dis pas. Par exemple, Okumura-sensei doit vraiment penser que vous êtes nul, après tout il est le plus jeune exorciste. Pourquoi est-ce que vous ne pensez pas à la retraite ? »

C'est à cause de personnes comme lui que mes parents sont morts. Ils n'avaient rien demandé eux, ça n'aurait jamais du arriver. J'aurai du rester chez moi et vivre ma vie tranquillement. J'aurai voulu ne pas avoir entendu parler des Démons autre part que dans les livres. Les exorcistes, s'ils sont inutiles, feraient mieux de mourir, tout simplement. On a pas besoin de nuisance comme eux. Se retrouver blesser comme ça est impardonnable. Il n'a pas honte de revenir ainsi ? Il ne mérite même pas le sepuku. Qu'il aille se pendre, ce sera mieux pour tout le monde. Ou bien qu'il serve de nourriture aux invocations des Tamers, qu'il soit utile à quelque chose au moins. Je remarque soudainement quelque chose. Je suis … je suis entrain de pleurer. Je m'essuie les yeux rageusement. C'est toujours pareil quand je me souviens d'eux. Je sais que je ne devrais pas, on me dit toujours que ça les rendrait triste de me voir comme ça, mais c'est plus fort que moi.

« T'aurais mieux fait d'y rester ! Je réalise soudainement que mes paroles peuvent être vraiment blessantes et, quelque part, je m'en veux. « Je … »

Mais Chester est là pour moi, encore une fois.

« Ne t'en fais pas Shinji, tu as raison et il le sait. Quelqu'un qui ne sait pas se battre n'est qu'un poids. »

J'acquiesce et lui offre un sourire qu'il me rend, à sa façon. C'est à dire que c'est un espèce de rictus indéfinissable sur sa tête de chat/chauve-sourire. Le voir ainsi me remonte le moral. Alors je me détourne et me prépare à rentrer chez moi. Il s'est passé beaucoup de choses aujourd'hui. Malheureusement, j'avais oublié que je ne suis pas seul ici, et je me retrouve face à Okumura. Quoi, qu'est-ce qu'il y a ? Il veut tenter de me faire la leçon alors qu'il pense la même chose que moi ?

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fonda Tout Puissant.
Messages : 228
Date d'inscription : 16/02/2012
Age : 23
MessageSujet: Re: Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]   Jeu 23 Fév - 0:24

Le doigt sur la gâchette, le brun fixait son interlocuteur de son regard turquoise. Qu’allait-il décider de faire ? Tirer ? Sans doute pas, bien que cela puisse être intéressant. Le jeune homme pensait peut-être qu’il bluffait, mais ce n’était absolument pas le cas. Pourquoi devrait-il s’en faire après tout ? Il ne devait pas s’encombrer de sentiments dans ces moments-là, cela ne servait strictement à rien. Il s’était laissé dépasser par ceux-ci étant plus jeune, et le résultat avait été plus que déplorable. Il se contenta donc de les enfermer dans une boîte cadenassée au fond de lui-même. Il n’attendait plus que le départ pour appuyer. De toute façon, strictement personne ne pourrait le blâmer, il tirait bel et bien sur un Démon. Un ennemi en quelques sortes.

Il le vit se lever. Dans quelle intention exactement ? Pour l’arrêter ? Tsk. C’est qu’il était versatile celui-là. Mais bon, il s’en doutait qu’il ne le laisserait pas faire. Avait-il voulu le tester en sortant ces paroles ? Il n’en savait trop rien, et après tout s’en fichait pas mal, cela ne changerait strictement rien pour lui. Mais une fois de plus, il s’était levé un peu trop vite. A son tour, Yukio se releva légèrement de sa chaise, dans le but de le rattraper, mais le siourl en avait décidé autrement. Ce qui fit que son interlocuteur lui tomba droit dessus. Il eut juste le temps de bouger sa main, évitant d’enfoncer son arme sur le garçon, chose qui aurait été très peu agréable.

Retombant assez lourdement sur sa chaise, cette dernière recula de quelques centimètres. Ce fut d’ailleurs plus par chance que par autre chose que le brun réussit à ne pas se retrouver à terre. Mais il réussit quand même à bien tenir la personne qui se retrouvait dans ses bras, c’était le principal. Se relevant, il le remit sur ses deux pieds, et attendit quelques instants s’assurant qu’il tienne bien debout, avant de le relâcher. Ce n’était pas comme si cela l’amusait de le tenir durant des heures. C’est alors qu’il distingua juste à temps une ombre se faufiler dans les vêtements du jeune homme. Sans aucuns doutes le Démon.

’-Si tu ne souhaites pas t’en débarrasser, je n’y toucherai pas tant qu’il ne se montre pas dangereux’

Il était tout à fait inutile d’aborder le sujet du ‘ce qu’il se passerait si il tirait’ vu qu’il ne prendrait pas autant de risques pour un ennemi de cette taille-là. Enfin, il n’eut pas le temps de s’y attarder des masses, étant donné qu’il tomba une nouvelle fois à terre. Et cette fois-ci il n’eut pas le temps de le rattraper. Un certain manque de volonté aussi était présent. Il esquissa un pas vers lui pour l’aider à se relever une nouvelle fois, mais le voyant tirer la couverture vers lui s’arrêta dans son geste. …Il s’amusait là à dormir par terre ? Yukio faillit lâcher un soupir, mais réussit à le retenir. Non il fallait rester le plus calme possible, quoiqu’il arrive.

Ceci dit, alors qu’il était couché seulement depuis quelques instants, il se rassit se tournant vers le brun et…Lui lançant un regard noir. Quoi encore ? Il n’avait strictement rien fait là pour le moment à ce qu’il sache. Puis, suite à sa question, il haussa légèrement un sourcil. Lui vicieux ? Pourquoi ? Était-ce le fait qu’il ait pointé son arme sur son ‘compagnon’ qu’il le fasse dire une telle chose ? Possible, ce n’était pas à renier après tout. Il faudrait y réfléchir, si seulement il avait eu le temps de le faire. Sauf que bon, là il ferait mieux de s’occuper de lui au plus vite afin de finir de préparer son cours, il ne fallait pas qu’il perde son objectif de vue non plus.

’-Vicieux ? Si je suis prêt à tirer, c’est tout simplement pour ta protection, ne t’es-tu pas plains de lui ? De plus un Exorciste qui ne tue pas un Démon n’en est pas vraiment, n’est-ce pas ce que tu disais ? Mais bon, après tout, tu n’es pas un élève ici, alors tu n’as sans doute pas besoin de ma protection…’

Oho, s’il commençait à répéter ce qu’on lui disait, c’est qu’il commençait légèrement à s’énerver…C’est qu’il y avait de quoi en même temps, ce gosse, parce que c’était bel et bien ce qu’il était au final, ne tenait pas en place et lui courrait littéralement sur le haricot. …Et voilà maintenant qu’il se met à ramper plus loin …Il espérait aller où exactement comme ça ? La sortie était de l’autre côté. Le fuyait-il ? Peut-être. Lâchant bel et bien un soupir, il rangea son arme, gardant néanmoins durant un instant ses doigts dessus, comme pour la caresser. Bon. Il fallait rattraper l’autre zigoto avant qu’il ne fasse de gros dégâts. …Il était déjà en train de parler à quelqu’un, et vu la tête du dit quelqu’un cela ne devait pas être des formules de politesses.

Traversant une partie de l’infirmerie à grandes enjambées, c’est qu’il fallait se dépêcher en plus, il remarqua en arrivant aux côtés de son ancien interlocuteur, que ce dernier était en train de pleurer. Larmes qui avaient l’air plus vraies que celles qu’il lui avait servies. …Il ne comptait quand même pas sur lui pour le réconforter ? Si c’était le cas, on courrait droit à la catastrophe. Il ne savait absolument pas consoler les gens, même avec la plus grande volonté du monde il était persuadé qu’il raterait, qu’il ferait un pas de travers. Mais…Est-ce qu’il se rendait compte de l’impact de ses paroles ? Il venait de sortir à un Exorciste qu’il aurait mieux fait de mourir sur le terrain ! Il allait beaucoup trop loin, il fallait l’arrêter d’une manière ou d’une autre.

Alors qu’il ouvrait la bouche pour s’excuser auprès de l’Exorciste blessé, le plus jeune se tourna vers lui, le regardant comme si il n’avait strictement rien à faire là. Bon. Qu’allait bien pouvoir faire avec lui ? …Il réfléchirait un peu plus tard, autant pour le moment l’éloigner le plus possible des autres malades, il ne fallait pas les déranger après tout.

’-Veuillez m’excuser du dérangement.’

S’inclinant légèrement, Yukio une fois de plus ne broncha pas lorsque son aîné lui fit quelques reproches. A quoi bon ? Il savait de toute façon qu’il n’avait rien avoir là dedans, qu’il n’aurait sans doute pas pu retenir l’autre d’aller jusque-là. Lui n’était pas réellement coupable, il n’avait pas dit de paroles blessantes.

Enfin, lorsque l’autre eut enfin finit son discours, il s’excusa encore une fois, avant que son regard ne se porte une nouvelle fois sur le noir. Bon aux grands mots les grands remèdes. Sans lui demander quoique ce soit, le jeune professeur s’accroupit avant de prendre le plus petit dans ses bras, ne lui laissant franchement pas le choix, l’emmenant une nouvelle fois vers son lit, endroit où il daigna enfin le relâcher.

’-Je te serai gré de rester là maintenant, au moins jusqu’à ce que j’en ai fini avec toi.’

Ressortant une fiole, il vérifia une nouvelle fois le contenu, et ne remarquant rien d’anormal, reporta pour la énième fois son regard sur le noir. Plus vite il s’occuperait de son cas, plus vite il en aurait fini tout court. Oui il allait se répéter ça durant un bon bout de temps.

’-Hmph, quand tu te lèves, tu perds l’équilibre, c’est le seul moment, où même quand tu es couché ça continue par moment ?’

Regardant cette fois-ci sa montre, l’Exorciste espéra intérieurement que Rin était en train, ou avait déjà fait, ses devoirs. Non parce que la fois où il avait pu les faire à sa place parce que Môsieur n’avait pas compris grand-chose, ça passait une fois mais pas deux. Mère poule lui ? …A peine. Juste un tout petit peu. Un tout petit peu de strictement de rien du tout. Et si cette phrase était française.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exorcist-s-life.forumgratuit.be
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 20/02/2012
Age : 21
MessageSujet: Re: Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]   Jeu 23 Fév - 11:26

Ah ah ! J'ai raison ! Okumura s'est excusé du 'dérangement' mais pas de mes paroles. Donc il pense comme moi. Il est bon de savoir quand est-ce que j'ai un allié et là … Et bien j'en ai un. Mon regard envers lui change considérablement. Il n'est peut-être pas si stupide / inutile / sans intérêt que ça finalement. Les choses voudraient que je m'excuse pour mon comportement avec lui, mais jamais on ne me verra m'excuser aussi facilement. Ça ne veut pas dire que je suis avare d'excuses mais tout le monde ne les mérite pas, voilà tout. Lui, peut-être qu'il pourrait les mériter cependant, mais je ne suis pas encore sûr de sa manière de penser. J'aimerai vraiment que ce soit la même que la mienne … Excepté Chester, personne n'approuve mes paroles. Même mon père n'est pas d'accord. Je crois bien que c'est le seul sujet sur lequel on se dispute fréquemment.

Avant même que je ne le réalise, mes pieds décollent du sol et moi avec. Je laisse malgré moi échapper une cri de surprise avant de comprendre ce qui m'arrive. Okumura me porte comme si j'étais un vulgaire sac à patate ! Non mais je rêve, il se prend pour qui ? Je tente de me débattre en gesticulant autant que possible, mais il faut se résoudre à l'évidence : je ne parviens pas à le faire bouger ne serait-ce que d'un demi-centimètre. C'est extrêmement vexant. Néanmoins je n'abonne pas pour autant : il ne faut jamais baisser les bras. C'est une leçon important que Satoshi m'a apprise. Quelle que soit la situation, rien n'est perdu tant qu'il y a encore quelque chose à tenter. Je me calme un peu et réfléchis avant de trouver La solution imparable. Il suffit de lui donne un bon coup de pied non ? Même s'il est fort, ça devrait suffire un instant. Je souris, me prépare et exécuter mon plan et -

- tombe sur un lit. Hein ? Quoi ? Kékispasse ? Ah. J'ai compris. On est seulement revenu au point de départ. Finalement, ma fuite n'aura pas été longue. Mais la situation est plutôt drôle, parce que l'autre me demande de rester en place. Ah ah ! La blague ! Il ne sait pas à qui il a affaire ! Cependant je veux bien rester calme s'il est vraiment comme moi – un camarade ! Joie ! - parce que dans ce cas, je n'ai aucune raison de me montrer désagréable. Au contraire. Je m'assoie sur le lit, pose mes coude sur mes genoux, ma tête sur mes main et le fixe avec un petit sourire – pas moqueur cette fois-ci. Sa question ne m'intéresse pas réellement. En fait, plus que de ne pas m'intéresser, je ne l'aime pas. Si je lui réponds, alors il me soignera ou je ne sais quoi et partira, et je ne veux pas qu'il parte. De toute façon ce n'est pas comme si j'avais besoin de quoique ce soit – à part dormir, je commence vraiment à avoir sommeil, après tout je n'ai pu dormir qu'une heure aujourd'hui si l'on met de côté la nuit.

« Dis, Onii-san, tu penses comment moi ? Tout à l'heure, t'as pas nié ce que j'ai dis. D'habitude tout le monde dis que j'ai faux, mais je sais bien qu'en fait ils pensent tous pareil. T'es d'accord non ? »

Et il y a de l'espoir dans ma voix, cette fois je ne joue pas la comédie parce que ça ne m'apporterait rien. De toute façon je suis convaincu qu'il sait que les poids doivent être jetés..

« Ah au fait, tu peux sortir Chester, il a dit qu'il ne te fera pas de mal tu sais. »

Je tends mon bras vers l'avant pour lui faciliter la sortie, cependant, lui n'a pas l'air rassuré malgré tout car il garde sa forme de fantôme. Bah, il fait comme il veut après tout. Je me retourne vers Okumura – d'ailleurs je ne connais pas son prénom – et reprends la parole en désignant Chester.

« Tu sais, je suis content d'avoir enfin trouvé quelqu'un comme moi parce qu'avant il n'y avait que lui qui me comprenait. Enfin je lui dois beaucoup parce que plusieurs fois, j'ai cru que j'allais flancher à cause de mon père. Même lui ne veut pas m'écouter. Il m'énerve ! Il dit toujours que je suis têtu, mais c'est qui l'est. Il s'entête à faire comme si ce que je disais n'était pas important. »

Oui, c'est vrai que je n'ai pas laissé Okumura prendre la parole encore. Chester me dit souvent que quand je m'emballe sur un sujet, j'ai tendance à couper la parole et à parler très vite et en continu. D'ailleurs ça le fait rire à chaque fois et il se moque de moi, mais je le prends bien parce que quand je m'écoute moi même, je trouve ça aussi drôle. Je ne fais rien pour me corriger, ça n'aboutirait à rien puisque je ne m'en rends jamais compte seul. Sauf cette fois-ci puisque j'y ai pensé. Mais tant pis, je continue en bon moulin à parole que je suis.

« Au fait, j'ai une idée ! Tu pourrais en parler, puisque tu es prof'. Moi, personne ne m'écoute puisque je ne suis qu'un 'sale gamin naïf et ignorant' » j'ai fait la forme des guillemets avec mes doigts en disant ces mots, puis reprends sur le même ton accéléré « comme ils disent, mais toi t'es le plus jeune exorciste, alors tu dois être fort non ? Je suis sûr qu'on t'écouterait. T'as pas l'air d'être du genre à te laisser marcher sur les pieds, tu fais peur quand tu t'énerves. Tu sais, quand j'ai dis que t'étais vicieux. Enfin, tu fais moins peur que mon père quand même, parce que lui il est toujours avec sa tête des mauvais jours, mais bon. Tes élèves te respectent, j'en suis sûr ! »

En tout cas, moi je le respecte. Après tout, il est vraiment la personne idéale ! Il est fort, pense comme moi et pourtant, il a presque mon âge. J'aimerai bien pouvoir être comme lui, dans deux ans, mais je sais que ce ne sera pas possible. Satoshi ne veut pas m'entraîner, il m'a juste appris à invoquer Chester – peut-être pour que je me sente moins seul – et après, il dit que je dois attendre comme tout le monde. Ca m'énerve quand il dit ça, parce qu'il est prof' alors ce n'est pas comme s'il ne pouvait pas m'enseigner. Rah !

Oh mais, attendez une seconde … Okumura est un professeur. Est-ce qu'il voudrait bien m'aider lui ? Hum, ça dépend, il a dit qu'il est prof' de quoi déjà ? Mmh … Mmh … Ah oui ! Pharmacologie anti-démons … Bon d'accord, lui ne pourra rien m'enseigner. Oh, je sais que ça aussi c'est une matière importante, mais elle m'intéresse beaucoup moins, alors je ne suis pas pressé de l'étudier. Non, moi ce que je veux voir c'est les invocations. Je suis un Tamer après tout. Enfin j'en serais un dans quelques années.

« Shinji … Tu ne devrais pas lui faire confiance, il ne me dit rien. » Ca je peux le voir, parce que Chester se cache derrière moi et regarde l'exorciste à la dérobé, comme s'il était sur le point d'être mangé. « Tu l'as vu comme moi, il voulait me tirer dessus ! »

Moi je me contente de hausser les épaules, ce qui ne lui plait pas vraiment.

« Bah, après tout t'es un Démon, il était dans ses droits. »

Chester pousse un cri outré par cette nonchalance et me souffle dessus son gaz somnolant. Je ne retiens pas ma respiration à temps et, avant de m'en rendre compte, je lâche un bâillement. Dire que j'étais déjà fatigué avant, merci bien sale volatile, je te revaudrais ça ! D'ailleurs, lui, vexé de ma précédente remarque, a repris sa forme de chauve-souris et est allé se perché bien plus loin, me lançant un regard noir dont je n'ai que faire. Je me frotte les yeux pour me réveiller et me retourne vers le professeur.

« Au fait Onii-san, c'est quoi ton prénom ? »

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fonda Tout Puissant.
Messages : 228
Date d'inscription : 16/02/2012
Age : 23
MessageSujet: Re: Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]   Jeu 23 Fév - 15:22

Non mais c’est qu’il se débattait le bougre ! …Mais il fallait bien avouer qu’il n’était strictement rien face à un Démon. Ceci dit, il n’allait pas s’amuser à le lui dire, inutile de le vexer encore plus, il serait bien capable de ‘fuguer’ à nouveau et d’aller faire il ne savait quoi. En y pensant, il irait d’ailleurs encore s’excuser auprès de l’autre Exorciste. Quand l’autre serait parti, parce que sinon il irait remettre son grain de sel et ne le laisserait pas parler correctement. Franchement…Par sa faute il allait devoir se répandre en excuse, pour réparer les pots cassés. La prochaine fois qu’il devrait s’occuper de son cas, il le bâillonnerait tiens, ce serait beaucoup plus facile. De la sorte, il serait sûr et certain qu’il aurait la paix. Il penserait à l’attacher aussi le temps qu’il s’occupe de lui.

Comme ça, il irait beaucoup plus vite qu’aujourd’hui. Il n’avait pas que ça à faire, loin de là. Bien qu’il soit une des plus jeunes recrues, on ne lésinait pas sur sa quantité de travail. Mais il n’allait pas se plaindre, tant qu’il était utile, c’était tout ce qu’il demandait. Et puis, plus on lui ferait faire de missions ou des choses dans le genre, plus il gagnerait en expérience. Tout était instructif d’une manière ou d’une autre. Remontant encore une fois ses lunettes, il prit ensuite une seringue, écoutant son interlocuteur.

…Onii-san ? Pourquoi s’était-il soudainement mis en tête de l’appeler de la sorte ? Il n’y a même pas deux minutes, il semblait vouloir le fuir… Mais ce qu’il trouvait le plus bizarre, c’était que lui avait l’habitude d’appeler Rin de la sorte. Etant le dernier, il n’avait pas réellement pris l’habitude qu’on l’appelle de la sorte. Même si généralement les personnes extérieures pensaient généralement qu’il était l’aîné. Enfin, cela continuait de l’intriguer qu’il le prenne comme pour son grand-frère, alors qu’en soit il n’avait même pas cherché à être sympathique avec lui pour le moment. Il était neutre au départ, et avait légèrement commencé à s’énerver vers la fin après tout.

Penser comme lui ? Certainement pas. Jamais il n’aurait insinué qu’un Exorciste était faible. Certainement pas s’il était à l’infirmerie, en train de se remettre de plusieurs blessures. Il les trouvait plutôt courageux, eux n’avaient pas hésités à aller au combat, mettant en péril leur vie pour ceux qu’ils aimaient, faisant tout pour les protéger. Ce n’était pas de la faiblesse, au contraire c’était un énorme courage. Mais le ton employé par le garçon l’empêcha de lui répliquer quoique ce soit. Il le regardait autrement aussi, comme s’il y avait de l’espoir. De l’espoir pour quoi exactement ? Réfléchissons…Il venait de se faire frapper à cause de son père si les dires était réels. Peut-être l’appréciait-il parce qu’il n’avait fait aucunes remarques à ce niveau-là ?

….Non. Il cherchait tout simplement à être compris. Et à être écouté. Avoir de la compagnie en quelques sortes. Cela devait faire sans aucun doute un bon bout de temps qu’il était dans cette situation, et après tout peut-être que c’était grâce à elle qu’il avait invoqué un Démon ? Il semblait être beaucoup plus qu’une arme. Il le suivait partout, il lui parlait comme s’il s’agissait d’un ami. C’était son ami, son confident sans doute. …A sa place, Yukio ferait plus attention, les Démons on ne pouvait pas savoir ce qu’ils pensaient derrière votre dos. Si cela se trouvait il complotait contre son interlocuteur en ce moment-même.

Mais au final, tout ce que voulait Shinji c’était un peu d’attention, et qu’on cesse de le prendre pour un gamin. ...L’Exorciste d’ailleurs avait du mal à comprendre pourquoi les autres le traitaient comme un gamin. Il avait treize ans, lui à cet âge allait devenir un Exorciste à part entière. Même si plusieurs personnes étaient encore dans l’enfance à cet âge-là, ce n’était pas le cas de tout le monde. Et le fait de le rabaisser tout le temps devait être plus qu’énervant. Il était bien placé pour le savoir. Il voulut lui répondre, mais étant donné qu’il continua à parler, il préféra se taire, afin de ne pas le couper. Plus jeune ou pas, il devait quand même lui montrer un minimum de respect. Surtout qu’il semblait maintenant enclin à lui en montrer aussi.

A ses paroles, un maigre sourire étira ses lèvres. Ce n’était pas parce qu’il était devenu professeur que tout le monde l’écoutait maintenant. La plupart d’entre eux continuait d’agir avec lui comme s’il s’agissait d’un élève. Bon d’accord, sa parole avait plus de poids qu’avant –Merci Mr Phélès de la prendre en compte- mais ce n’était pas miraculeux non plus. Surtout qu’il détestait lorsqu’on ne l’écoutait pas. Enfin, plus spécialement lorsqu’on lui demandait son avis et qu’après on fasse comme s’il n’avait strictement rien dit.

Lui ? Il s’était énervé ? …Il n’en avait pas le souvenir. A si, lorsqu’il lui avait dit qu’il était vicieux. Mais il ne s’était pas réellement énervé. Et s’il avait déjà eu peur à ce moment-là, il ne valait mieux pas qu’il ne le voit lorsqu’il était totalement hors de ses gonds. Enfin, vu qu’il avait enfin finit de parler, il pourrait peut-être lui répondre. C’est que c’était un réel moulin à parole quand il le voulait !

’-Je crois qu’il est totalement impossible que deux personnes pensent exactement de la même manière, mais elles peuvent être sur la même longueur d’ondes. Je peux toujours essayer d’en parler, mais aux yeux de certains je reste un ‘gamin prétentieux qui aurait pris la grosse tête’. Il est vrai que je suis le plus jeune exorciste, mais je ne sais pas si en soi je suis plus fort qu’un autre, je ne saurais franchement pas le dire par moi-même. …Tu me fais penser à mon frère en disant que je fais peur lorsque je m’énerve, il dit exactement la même chose ! Quant à mes élèves, c’est vrai que je leur en suis reconnaissant, je n’ai encore eu aucuns problèmes pour l’instant.’

Tout en finissant de parler, il prit de l’ouate qui se trouvait à ses côtés, avant de l’imbiber d’alcool, posant durant quelques instants sa seringue sur ses genoux. C’est qu’il ne l’avait toujours pas lâchée depuis tout à l’heure. Tout en se tournant vers Shinji, il lui prit doucement le bras. Au final, il n’était pas aussi insupportable qu’il pouvait le laisser paraître. Il avait juste besoin d’attention, de quelqu’un qui lui ferait confiance et qui le mènerait vers l’avant. Quelqu’un tout comme le Père Fujimoto l’avait fait pour lui en quelques sortes.

’-Je trouve ça tellement ridicule qu’on te prenne encore pour un gamin… Ce n’est pas comme si l’âge avait une énorme importance. Se baser sur cette statistique est…parfaitement insensé. Après tout certaines personnes sont beaucoup plus vite matures que d’autres. Ca ne te déranges pas que je te pique ? Tu iras mieux plus vite, et tu pourras quitter ce lit au plus vite de la sorte.’

Le brun releva légèrement le regard, attendant le consentement ou non de son interlocuteur avant de voir la manière dont son ‘familier’ le fixait lui. …Il ne semblait pas très heureux, mais il le comprenait en même temps il n’aurait absolument pas hésité à lui tirer dessus, cela ne lui aurait fait ni chaud ni froid. Mais maintenant Shinji n’avait peut-être pas apprécié non plus ce geste. …Quoique. Il lui donna raison. C’était…Assez étonnant dans un sens, mais une fois de plus il allait se passer de lui faire de remarques. Que pouvait-il répondre de toute façon ? Dans cette conversation, il n’avait pas réellement à s’interposer, surtout que le Démon partit un peu plus loin, après s’être vengé, lui lançant son gaz somnolent. Encore heureux que Yukio ait eu le réflexe de retenir sa respiration, il n’avait pas la moindre envie de s’endormir à moitié.

’-Yukio.’

Lança-t-il, sans prendre de pincettes, ni s’entacher de fioritures en tout genre. Cela n’avait jamais été son fort de tourner autour du pot. Il n’aimait pas le faire en fait. Les choses étaient comme elles étaient point final. Inutile d’essayer de transformer la réalité pour la rendre plus belle, i lfallait faire face à la fatalité et non se cacher à elle.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exorcist-s-life.forumgratuit.be
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 20/02/2012
Age : 21
MessageSujet: Re: Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]   Jeu 23 Fév - 16:39

En fait, il est vraiment modeste comme personnage. Moi je serais lui, je n'aurai pas répondu pareil. J'aurais dis quelque chose du genre « Ouais je sais que je suis le meilleur, pourquoi ? Tu m'envies ? » Bon ok peut-être pas comme ça, j'y aurais mis des formes, mais le fond est le même. Bon après, s'il fait ça les gens qui disent qu'il est prétentieux auront raison … Mais ce n'est pas la mer à boire. Après tout, lui a les capacités pour l'être, les autres sont simplement jaloux. Je suppose que la modestie est un truc d'adulte. Ou d'hypocrites, ça aussi c'est possible, mes les adultes sont hypocrites, alors ça ne fait pas un grande différence. Néanmoins, pour moi l'hypocrisie a deux face différentes. Il y a celles qui semblent amicales sans vraiment l'être, comme les hauts placés – les politiciens – et ceux qui, comme mon père, font semblant de ne rien aimer et d'avoir un sale caractère dans le but de se protéger de la première catégorie d'hypocrite. Moi je ne suis aucun des deux, parce que je suis encore un sale gosse qui peut se permettre de dire la vérité. Je n'ai l'intention de ménager personne, parce que, premièrement, c'est ennuyeux à faire, et deuxièmement ça ne ferait qu'enfoncer la dite personne dans l'ignorance. Donc il vaut mieux être franc, un point c'est tout.

Mais pour en revenir au sujet principal, le professeur n'est pas hypocrite je pense, parce qu'au début il me répondait franchement ce qu'il pensait, j'en suis sûr, alors que maintenant il n'agit plus pareil. Je peux lui faire confiance n'est-ce pas ? Lorsque je l'entends me comparer à son frère, je ne peux pas m'empêcher de sourire. Je sais que c'est stupide, parce qu'en soit ça ne veut rien dire, mais j'en suis tout de même heureux, sans pouvoir réellement l'expliquer. Je pense que c'est pour ça qu'il n'a pas eut de problème avec ses élèves, c'est parce qu'il est sympa comme prof', alors ça compense son jeune âge je suppose.

Il me prend soudainement le bras, me faisant sursauter. Je ne m'y attendais vraiment pas. Et puis je la vois, là, posée sur ses genoux, cette seringue qui me nargue. Je me sens blanchir à sa vue. Je déteste être piqué. Hors de question que ce truc rentre dans ma peau. Surement pas. Impossible. Je suis actuellement en plein dilemme car, bien que d'un côté sa présence soit apaisante, le fait qu'il termine sa phrase par « Je vais faire un énorme trou dans ton bras, mais ne t'inquiète pas tu ne souffriras pas trop longtemps » me rend que trop nerveux. En tout cas, c'est comme ça que sa phrase sonne dans ma tête.

Le fait que je sois à présent à moitié endormi m'aide à me relaxer mais … Non en fait ça ne change rien. J'essaie simplement de me convaincre qu'être assoupis diminue la douleur. Mais c'est faux. Complètement faux. Archi faux. Au contraire, la douleur va bien me réveiller, elle va me traumatiser et je ne pourrai plus jamais dormir sans penser à la piqure. Ah ! C'est abominable ! Je dois à tout prix éviter ça. Si jamais je devais finir insomniaque …. Non. Ne pas penser à ça. C'est idiot, je ne finirai pas insomniaque à cause de ça. Mmh … Mmh … Bien. Calmons nous. Inspire, expire, inspire, ex-

« Impossible. »

Oui c'est vrai que sa théorie comme quoi je ne suis pas un gamin malgré ce que l'on dit est à présent ruinée. Néanmoins. Je m'en fiche. J'veux pas d'piqure. Je ramène mon bras à moi et le sers tout contre mon cœur en lui jetant un regard noir. Approche moi si tu l'ose, diabolique professeur.

« En plus, ça ne sert à rien parce qu'avoir la tête qui tourne, ça me dérange pas. Je vais dormir et puis ça passera. Mais une piqure, ça fait mal. On m'a déjà piqué tu sais, mais je ne me souviens plus de la sensation, alors je pense que c'était tellement douloureux que mon cerveau a décidé de l'oublier. »

Et je suis très sérieux parce que je sais que c'est possible. J'ai lu quelque chose comme ça comme quoi le cerveau peut volontairement effacer des évènements de la mémoire afin de garder le sujet en pleine possession de ses moyens. Bref, j'ai réussi à démontrer très habilement qu'il ne faut en aucun cas me piquer. J'aurai bien voulu citer mon père aussi, parce que généralement quand on parle de lui les gens n'insistent pas, malheureusement, je sais exactement ce qu'il ferait s'il me voyait refuser toute injection. Tout d'abord il me regarderait longuement, se pincerait l'arrête du nez, soupirerait, me regarderait une nouvelle fois bien que moins longtemps, puis il prendrait la parole en disant « Tu m'obliges à employer les grands moyens. » Je le regarderais avec mes yeux de chien battu, mais il s'en fichera éperdument et continuera « Si tu ne te laisse pas faire … Je te réveillerai tous les matins à sept heure et je veillerai à ce que tu ne puisses pas dormir dans la journée. » Et là je m'avouerai vaincu.

Rah ! Il m'énerve ! Mais, heureusement, Yukio-nii-san ne sait pas tout ça. Il ne pourra pas me forcer. Un soupire de soulagement m'échappe. Jusqu'à ce que je sente quelque chose se poser sur mon épaule. Chester. Ah non. Il n'a pas intérêt à s'en mêler.

« Tu sais, Koko … » sa voix doucereuse me fait frissonner. « Tu n'en as peut être pas envie toi, mais moi je ne tiens pas à rester en présence de … Hum, certaines personnes plus longtemps que nécessaire. Alors si tu ne le laisses pas te piquer, je t'empêcherait de dormir durant une semaine entière. Si je me sens d'humeur, je te soufflerai même un peu de gaz pour rendre la chose encore plus horrible. » Le sourire qu'il aborde montre qu'il ne plaisante pas.

« Tu peux pas me forcer ! C'est à cause de toi que je suis ici, t'étais juste trop lâche pour venir m'aider. » « Moi ? Lâche ? Ah ah ! Peut-être bien, mais au moins, moi je ne me la ramène pas, alors je n'ai rien à craindre. » « Tu parles ! C'est toi qu'a lâché la farine sur l'autre idiot, c'est complètement de ta faute ! » « Bien sûr, et rappelle moi qui m'a procuré la farine ? » « Moi, mais c'était ton idée. » « Je suis censé y croire ? Je te rappelle que l'as, c'est toi, moi je ne suis qu'un pauvre petit pion sur ton échiquier. » « Bien sûr, c'est toi la victime maintenant ? Je te rappelle que j'ai été frappé alors que tu m'abandonnais, traître ! » « Moi ? Un traître ? J'obéis seulement à mon instinct de survie et évite de me fourrer dans les problèmes, surtout lorsque tu es inclus dans l'équation. » « Comme si tu étais blanc comme neige ! La farine que tu as lancé était blanche par con- »

Je crois qu'on aurait pu continuer longtemps si je ne m'étais pas souvenu qu'il y avait une tierce personne. Tierce personne à qui j'avais dis que si je m'étais fait frappé, c'était à cause de mon père. Mmh … Réfléchissons. Puis-je m'en sortir sans trop de dégâts ? Peu importe comment je m'y prends, mes chances de survie sont de 0% très exactement. Bon. Tant pis. Misons sur n'importe quoi … la nonchalance par exemple.

« En tout cas, je ne veux pas me faire piquer. »

Je crois mes bras et lui tourne le dos. Si quelqu'un doit se faire piquer, ce n'est pas moi. Chester, lui par contre, je ne dis pas, mais moi … Je n'ai rien fait pour mériter pareil traitement !

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fonda Tout Puissant.
Messages : 228
Date d'inscription : 16/02/2012
Age : 23
MessageSujet: Re: Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]   Ven 24 Fév - 17:45

Au final, il n’aurait peut-être pas dû lui parler de cette piqure, et la lui faire de suite. Cela aurait été légèrement plus intelligent dans un sens, il aurait attendu qu’il ne le regarde pas pour la faire, et il ne se serait peut-être même pas rendu compte. Parce que là, vu sa tête c’était assez mal parti pour qu’il réponde par la positive. Ce n’était que mental cette peur des piqures. Au fond, ce n’était strictement rien du tout. …D’accord il l’admettait lui n’en avait strictement jamais eu la phobie. En même temps, voulant devenir Docteur depuis son plus jeune âge, s’il n’osait pas en approcher ni en utiliser cela aurait été quelque peu difficile.

De plus, il n’avait jamais compris cette aversion envers les seringues. …Elles n’avaient strictement rien de bien effrayant. Elles étaient petite et semblaient assez inoffensives non ? S’il se ramenait avec un gros bazar, il pouvait comprendre, mais là…Enfin une fois de plus il se passerait de tout commentaire, utile ou non. Après tout chacun avait ses propres phobies. Ce n’était pas à lui d’aller dire au garçon qu’il ne fallait pas en avoir peur. S’il se prenait pour son père, il ne risquerait sans doute pas d’aimer. Et le dit père adoptif non plus soi dit en passant.

Ceci dit, il fallait bien lui faire comprendre d’une manière ou d’une autre que ce n’était pas la mort que d’avoir une seule piqure. Merlin, il venait de se faire frapper par un plus âgé sans apparemment trop broncher jusque maintenant, et il tremblait devant une seringue on ne peut plus inoffensive ? C’était on ne peut plus ridicule. En plus, il avait déjà oublié l’effet que cela faisait, contrairement à ce qu’il pouvait bien dire, c’était que cela ne l’avait pas si marqué que cela. Quoiqu’il en soit, ce n’était pas le premier et certainement pas le dernier patient qu’il croisait avec cette phobie. Mais pourquoi faire autant de foin à chaque fois ?

Il ramena son bras contre lui-même, comme si cela pouvait empêcher le brun de lui faire quoique ce soit comme piqure. Bon ce n’était pas tout ça, mais il fallait que l’Exorciste trouve un quelconque moyen de lui faire une injection. Il était là pour le soigner, il n’allait pas le laisser tel quel. Il ne pouvait pas le faire. Oho ? Est-ce que l’occasion allait-elle se présenter à lui comme par miracle ? Non cela n’existait pas ce genre de chose. Mais il n’allait pas débattre sur cette question pendant des heures, alors qu’une occasion en or se présentait juste devant lui.

Puisque Shinji semblait plus occupé à se chamailler avec son ‘familier’ qu’autre chose, pourquoi ne pas en profiter pour le piquer à ce moment-là ? Avec un peu de chance, il ne remarquerait strictement rien ! En plus, il ne gigotait pas des masses pour le moment, ce serait un parfait jeu d’enfant ! Se penchant un peu plus vers lui, et remontant une nouvelle fois ses lunettes, il attendit quelques secondes avant de planter la seringue dans sa cible. Il releva légèrement la tête, et voyant que son ancien interlocuteur semblait n’avoir mais strictement rien remarqué, il appuya dessus, lui injectant le liquide. Enfin une bonne chose de faite ! Ou presque. Il fallait encore la retirer sans qu’il ne remarque rien du tout.

Consciencieusement, Yukio tira légèrement sur la seringue, et l’enleva avec une certaine facilité. Au final, le Démon n’était pas si gênant que cela, grâce à lui il avait pu faire ce qu’il avait à faire sans avoir une crise de larmes, ou une crise tout court ! Tout simplement génial. Ceci dit, maintenant il n’avait qu’à moitié suivit leur dispute. A vrai dire, celles qu’il avait avec son frère lui suffisait amplement, inutile d’en avoir encore plus. La seule chose qu’il avait saisie, c’était une histoire de farine qui aurait été lancée. …Avait-il lancé l’aliment sur quelqu’un ? Et ce quelqu’un aurait-il voulu se venger ? Attendez, il ne lui avait pas dit qu’il s’était fait frapper à cause de son père ? ….Bon, cela pouvait être un autre cas, il n’en savait rien après tout.

Tiens, il venait de s’arrêter en plein milieu de sa phrase. Aurait-il remarqué quelque chose ? Apparemment non. Il ne voulait pas se faire piquer ? Et bien c’était déjà fait malheureusement pour lui. Mais bon, cela prouvait bel et bien que le professeur avait eu raison. S’il ne l’avait pas remarqué c’est que ce n’était pas si grave que cela. Maintenant s’il faisait une allergie à ce genre de chose, il aurait été assez mal mis. Mais quelqu’un qui était allergique aux seringues, cela ne s’était encore jamais vu. Est-ce que seulement cela pouvait exister ? Il en doutait assez fort. Tiens, voilà maintenant qu’il se mettait à lui tourner le dos. Reprenant son ouate imbibée d’alcool, il la passa à l’endroit de la nouvelle ‘blessure’ avant d’y appliquer un pansement

’-Vraiment ? …Tu m’excuseras, mais je n’avais pas envie que tu risques quoique ce soit. Même si ce n’est que des maux de têtes, à la longue ils peuvent s’aggraver et Dieu seul sait ce qui pourrait arriver.’

Ce qui était réel dans un sens. Il n’avait pas la moindre envie de prendre des risques inutiles, et s’ils pouvaient éviter d’avoir un malade de moins, cela ne serait pas plus mal. Et puis, si le garçon voulait qu’on le reconnaisse un tant soit peu, il faudrait qu’il surpasse ses peurs, mêmes les plus minimes. Posant son regard sur le Démon, il le regarda indifféremment quelques instants, ne l’aimant pas plus que ça et c’était apparemment réciproque, avant de reporter son attention sur Shinji.

’-Cela fait depuis combien de temps que tu invoque ? Les Tamers sont très recherchés, et vu le résultat que tu obtiens pour le moment, tu seras certainement prometteur par après.’

Même si son Démon ne semblait pas des plus puissants, c’était déjà ça. Il n’était pas à la portée de tout le monde d’invoquer. Lui par exemple avait quelques bases, mais n’avait jamais réellement essayé. Pourquoi ? Les Démons, quelque qu’ils soient n’étaient pas les ‘personnes’ qu’il préférait. Il ne montrait pas clairement une répugnance envers eux, mais quand il pouvait les éviter, il le faisait. Et puis de toute façon, ses deux revolvers lui suffisait amplement, il n’avait jamais eu de problèmes avec eux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exorcist-s-life.forumgratuit.be
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 20/02/2012
Age : 21
MessageSujet: Re: Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]   Sam 25 Fév - 10:36

J'ai du mal à savoir s'il s'inquiète pour moi ou pour le temps que je lui fais perdre. Peut-être un peu des deux ? Non parce que le 'Dieu seul sait ce qui pourrait arriver' est en trop je pense. Qu'est-ce qu'il peut m'arriver ? Pas grand chose, au pire je tomberai et puis voilà, ce n'est pas comme si j'allais m'amuser à faire la course dans les escaliers tout en sachant les risques que je cours en faisant une telle chose – chose complètement stupide donc. Ou bien il me prend simplement pour un imbécile ? … Ah le sale … hum. Revenons au présent, ça vaut mieux. En plus, il y a un bon point à la situation actuelle puisqu'il semble avoir oublié qu'il devait me piquer. A moins qu'il n'oriente la conversation sur un autre sujet pour baisser ma garde ? C'est bien possible … Je dois rester vigilent. En attendant réfléchissons. Depuis combien de temps j'invoque Chester ? Je ne sais plus. Ca fait moins d'un ans mais plus de six mois. Je dois trouver un point de repère. Alors … Quand j'ai réussi à l'invoquer, on a fait un gâteau au chocolat. Bon, ça ne m'aide pas du tout. Qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir ? Ah oui ! Mon père m'avait offert du matériel pour le dessin, pour me féliciter. Mais ça ne m'aide pas énormément.

« Je dirais … huit mois ? »

Je fais une pause pour continuer de réfléchir. Ah, je sais ! J'ai commencé à demander à Satoshi de m'apprendre à invoquer un autre Démon il y a six mois, et la première fois que je lui ai demandé, il me disait : « Non tu es trop jeune, et en plus tu n'invoques Chester que depuis un mois. » Donc ça fait

« Sept mois ! Oui, voilà. Je l'invoque depuis sept mois. »

Je me stop brusquement de parler et fait la moue, les bras croisés sur ma poitrine. Ouais, je l'invoque depuis sept mois mais j'ai commencé à invoquer il y a deux ans. On m'a déjà dit que c'était bien pour mon âge, mais je n'ai que deux ans de moins que les apprentis exorcistes ! Deux ans de moins que Yukio-nii-san. C'est vraiment énervant de n'être capable d'invoquer que Chester alors que les autres ont déjà des Démons compétents qui peuvent se battre – la chauve-souris ne serait pas contente d'entendre ça. Je me sens vraiment inutile, un peu comme l'autre allongé dans le lit plus loin. Sauf que moi je ne suis pas encore exorciste, donc c'est moins grave. Et puis, je ne suis pas faible parce que je ne m'entraîne pas, au contraire, je m'entraîne souvent !

« Satoshi veut pas m'aider à m'entraîner. En plus, pour le moment il m'a donné qu'un petit cercle magique, donc je pense que c'est pour ça que je peux pas invoquer de Démons plus grands. J'ai vu le professeur Neuhaus, et pour invoquer des gros Démons il avait des cercles plus gros. Et il faut donner plus de sang aussi, je sais, mais moi je voudrais bien le faire, mais mon père ne veut pas. Il dit que 'je ne suis pas raisonnable et que je pourrai perdre trop de sang en voulant m'entraîner et bla bla bla'. » Je lâche un petit sifflement énervé. « Comme si ça pouvait arriver, je ne suis pas stupide non plus. »

« Tu dis ça ... » commence une petite voix maligne à côté de moi « mais tu as peur d'une simple petite piqure. Je veux bien te voir t'ouvrir les veines moi … »

« Hey ! Je l'ai déjà fait ! Pour t'invoquer pour commencer, et pour te ré-invoquer quand tu partais. Et une fois aussi pour prouver à mon père que je pouvais invoquer des Démons plus gros. » Je fis une grimace à ce souvenir. « Il avait pas été content cette fois-là. »

En fait j'avais été vraiment puni. Pourtant je ne m'étais pas mis en danger, puisque j'avais stoppé l'hémorragie comme ils disaient dans les livres que j'ai lu, mais ça ne l'a pas empêché de m'emmener aux urgences. Pff … En plus ça l'a encore plus buté sur ses positions, maintenant je suis presque sûr que je vais devoir attendre d'être exorciste avant de pouvoir faire quelque chose de plus grandiose. Ca m'énerve. Ah mais attends. L'exorciste à côté de moi est un professeur. Donc il doit savoir plein de choses ! Je me tourne vers lui et lui fait un 'sourire d'ange déchu' comme l'appelle mon père, parce que quand je le fais c'est que j'ai toujours quelque chose à demander.

« Dis, Yukio-nii-san. Même si t'es pas un Tamer, tu dois savoir plein de trucs non ? Depuis que je me suis fais saigner, mon père cache tous les livres … Tu voudrais pas m'en rapporter un ? S'il te plaît ! »

Je m'avance au bord du lit de sorte d'être aussi près de Yukio que possible, mon sourire toujours collé aux lèvres. Et c'est là que je le remarque. Il n'y a plus de seringue sur ses genoux. Je fronce les sourcils et prend Chester à part.

« Dis … Il ne va plus me piquer c'est ça? »

Il y a un moment de silence et un regard moqueur du chat. « Tu sais, ça fait un moment qu'il t'a déjà piqué. Il t'a même mis un pansement, je pensais que tu l'avais remarqué depuis. »

Je met tais, regarde longuement mon bras, me tourne vivement vers Yukio et le point du doigts, tandis que je ramène mon bras meurtris à moi.

« Ah ! Traître ! Tu m'as piqué ! Je suis encerclé par les traîtres ! »

Je lui jette un regard-noir-de-la-mort-qui-tue avant de ma calmer. Bon, voyons le bon côté des choses : je n'ai pas eu mal, je dois le reconnaître. Et puis de toute façon il y a des choses plus importantes à voir pour le moment. Comme par exemple quelques livres qu'il serait en mesure de me fournir.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fonda Tout Puissant.
Messages : 228
Date d'inscription : 16/02/2012
Age : 23
MessageSujet: Re: Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]   Dim 26 Fév - 9:22

Finalement, ce garçon commençait réellement à l’intéresser. Au départ, il n’y avait pas prêté énormément d’attention, ayant d’autres choses à faire et à penser. Certes, il en avait entendu parler de ce Shinji, mais n’avait pas commencé à harceler son père adoptif de questions sur la personne. Il était quasiment certain que le plus âgé n’aurait absolument pas apprécié. Dans un certain sens, il lui ressemblait. Ceci dit, il y avait quand même une énorme différence de caractère entre eux deux, le plus petit semblait savoir parfaitement ce qu’il voulait et n’hésitait pas à le dire. Et lui ne semblait pas pleurer à la moindre occasion. En même temps, s’il invoquait un Démon, c’est qu’il devait avoir un certain caractère, sinon le familier n’aurait jamais daigné quitter les abysses pour le rejoindre. Ou alors il se serait retourné contre lui.

Enfin, quoiqu’il en soit le cas était intéressant. Il fallait qu’il creuse un peu plus ce personnage. Et l’aider si besoin, après tout il semblait se confier à lui d’une certaine manière. Peut-être était-ce parce qu’ils avaient quasiment le même âge ? C’était possible. Il était généralement plus facile de se confier à un aîné de deux ans qu’à un adulte. Ceci dit, s’il décidait de l’aider, ce n’était pas pour ça qu’il devrait accomplir le moindre de ses désirs. Il semblait avoir de l’ambition, et même si le brun voulait bien lui apprendre quelques éléments, il n’avait pas non plus envie d’aller contre la volonté du père adoptif. Il avait déjà assez de problèmes, pas besoin de lui rajouter une personne furieuse sur le dos.

Huit mois ? Cela faisait déjà un bon bout de temps ! Enfin, il ne semblait pas parfaitement sûr de sa réponse. Peut-être que le Démon lui saurait répondre plus précisément, mais il ne semblait pas vraiment apte à dire quoique ce soit, si c’était pour aider les Professeur. Bon en même temps, il pouvait le comprendre, la première impression qu’il lui avait donnée n’était pas la meilleure non plus. Mais il avait fait ce qui lui semblait être le meilleur, s’il ne l’avait pas fait, Shinji aurait peut-être continué à se moquer directement ou indirectement de lui. Remontant une nouvelle fois ses lunettes, il observa le plus jeune s’arrêter de parler et croiser les bras. Que lui prenait-il ? …La réponse ne tarda pas à venir sans qu’il ne demande quoique ce soit. Il voulait continuer à invoquer. Ou du moins s’entraîner. Son familier ne lui suffisait-il pas ? Certes, il ne semblait pas avoir beaucoup de dispositions pour attaquer, mais que ferait le garçon avec un Démon puissant pour le moment ? Il ne pourrait de toute façon pas aller sur le terrain.

’Il est vrai que la taille du cercle est un des éléments qui peut jouer sur la taille du Démon, mais il y a aussi toute la complexité du cercle dessiné, la quantité de sang, les paroles prononcées. Et le caractère de la personne. Tu sais, certains Exorcistes invoquent des Démons plus petit que le tiens, alors que d’autre arrivent à en invoquer des plus gros avec le même cercle. Enfin, je peux comprendre qu’il s’inquiète pour toi aussi, vu le nombre d’accidents qui s’est produit du côté des Tamers. Il n’y a pas que la quantité de sang à laquelle il faut faire attention, à la moindre faille mentale, ton Démon pourrait très bien se retourner contre toi. ’

Qu’aurait-il fait à la place du Professeur Tsukio ? Aurait-il agit de la même manière, en refusant de lui apprendre à invoquer ? Hmph, peut-être pas, il aurait essayé de trouver un juste milieu, de lui enseigner petit à petit. Sans pour autant exagérer bien évidemment. Ceci dit, il était plus facile de dire ça que de le faire. …C’était quoi ce sourire qu’il lui faisait là ? Yukio était presque certain qu’il allait lui demander quelque chose. S’il essayait de l’amadouer de la sorte, c’était plutôt raté. Il n’avait pas l’intention d’accepter tout simplement parce qu’il faisait ce genre de tête après tout.

Tiens…Le Démon faisait allusion à la piqure, sans lui dire qu’il venait de la lui administrer ? Il était presque sûr qu’il l’avait vu pourtant. Bon, ce n’était pas non plus comme s’il était en train de mentir à Shinji, il relevait simplement le fait qu’il en avait peur. Enfin, il n’allait pas se poser des questions là-dessus durant des années lumières, le plus jeune lui demandant effectivement une sorte de faveur. Il est vrai qu’il n’était pas Tamer, mais il avait plusieurs bases. Cela pourrait toujours lui être utile en combat, même s’il n’était pas spécialisé, en dernier recours, cela pourrait lui être utile.

’-Il est vrai que je ne suis sans doute pas la meilleure personne pour te renseigner de fond en comble sur le sujet…J’ai toujours un cercle sur moi, mais je préfère l’utiliser en cas d’urgence, s’il n’y a vraiment plus rien d’autre à faire. Quant aux livres…J’en ais quelques-uns qui traitent sur les Tamers, mais il vaudrait mieux persuader avant ton père pour avoir son accord. Il essaye certainement de t’élever de la meilleure manière qu’il soit, je ne veux pas contrecarrer ses plans et sa manière de faire.’

Oh ? Qu’est-ce qu’il faisait avec son Démon ? Il n’y a même pas quelques instants, il s’était rapproché de lui…Ah, il avait compris. La seringue. C’est qu’il n’avait réellement rien remarqué. Ce fait fit naître un léger sourire sur les lèvres de Yukio, finalement il avait réellement fait beaucoup de foin pour rien du tout.

’-Je préférais ne pas prendre trop de risques. Tu te sentiras certainement mieux dans quelques minutes. Mais…Est-ce que je t’ai fait mal ?’

Non il n’essayait pas de se payer de sa tête, mais après tout, il était possible que maintenant qu’il le lui avait fait remarquer, il ressente quelque chose. Si c’était le cas, ce serait plus psychologique qu’autre chose, convenons-en. Mais autant poser la question et ne pas faire comme si de rien n’était.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exorcist-s-life.forumgratuit.be
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 20/02/2012
Age : 21
MessageSujet: Re: Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]   Mer 29 Fév - 16:17

Ah je sais bien qu'un Démon peut m'attaquer, mais je ne suis pas assez stupide pour me laisser attaquer sans défense. La première chose que mon père m'a apprise est de déchirer le papier s'il le faut. Bref. Je sais parfaitement bien me débrouiller et je n'ai pas besoin que l'on s'inquiète pour moi. Je suis assez grand malgré ce que l'on se plait à dire sur moi. C'est vrai quoi, je n'ai eu aucun accident pour le moment, c'est stupide de s'inquiéter pour quelque chose qui ne risque pas d'arriver. Je suis certain que Chester est d'accord avec moi. Je me demande quand même si lui aussi veut bien que j'apprenne à invoquer d'autres Démons. Il se sentirait peut-être rejeté ? Pourtant, je n'arrêterai pas de l'invoquer pour autant. Je le considère réellement comme un ami et je n'ai aucune intention de le ranger au placard. Bien que je ne le lui avouerai pas à voix haute. C'est trop embarrassant. Ces scène emplies d'amour et de bons sentiments … C'est ridicule. Je ne vois pas qui de sensé pourrait se laisser porter par de telles démonstrations. Est-ce que Yukio-nii-san le fait, lui ? D'ailleurs, est-ce qu'il a de la famille ? Ah ben oui, il a son frère, c'est vrai.

J'essaie d'imaginer les deux frères – dont un sans visage, je ne connais que Yukio après tout – se lancer dans des embrassades ridicules. C'est … C'est … impossible à imaginer. Non, je n'arrive pas à voir l'exorciste se laisser aller. Il semble bien trop sérieux pour ça. Pas possible. Vraiment pas possible. Même moi, je n'arrive pas à l'imaginer sans avoir de frisson. « Ca veut tout dire » dirait Chester.

Bref. Revenons au présent. Donc l'autre a des livres mais il ne veut rien faire sans l'accord de mon père. Mmh … Froussard. S'pèce de … de … sagouin ! Franchement, il n'y a pas que des avantages à mentionner Satoshi à tout bout de champ. Je devrais peut-être me taire la prochaine fois, comme ça on ne saura pas que mon père est complètement tyrannique. Je ne le dirais qu'envers ceux qui ne me sont pas sympathiques. Oui mais le problème … C'est que Yukio ne semblait pas gentil au départ, c'est qu'après, quand j'ai su qu'il pense comme moi que je me suis montré agréable. Rah ! C'est si compliqué ! Moi, je trouve que la vie serait plus simple si les gens avaient un écriteau indiquant « Gentil » ou « Méchant » selon ce qu'ils sont. En plus, il ne pourrait plus y avoir de mensonges et le monde serait parfait.

Mouais, enfin, où que l'on aborde le sujet d'un monde sans mensonge – je parle surtout des mangas – tout vire toujours en guerre mondiale, alors peut-être que finalement, ma bonne idée n'est pas si bonne que ça … Hum. Tant pis. J'abandonne pour ce coup-ci, mais je reviendrais ! Soyez en certains !

Mais je m'égare une nouvelle fois. Le plus important en ce moment est que j'ai appris quelque chose d'important. Et oui, Yukio m'a bel et bien piqué. Il avoue ! Si si, c'est vrai. Il me demande même si j'ai eu mal. Bien sûr que non je n'ai pas eu mal, mais je ne te l'avouerai jamais, idiot. De toute façon, si je n'ai pas eu mal c'est surement parce que je suis à moitié dans les vapes à cause du gaz que m'a soufflé Chester il y a quelques minutes. Un bâillement m'échappe.

« Même si tu n'avais rien fait, je m'en serais remis dans quelques minutes, j'en suis sûr. »

Non ce n'est pas faux, j'y crois vraiment. Chester, lui, n'y croit pas en vue du regard qu'il me lance, mais je me contente de lui tirer la langue de la manière la plus puérile possible. Je me tourne vers Yukio et reprends la parole.

« Tu sais, Satoshi n'est pas obligé d'apprendre que tu m'as passé des livres, ce sera notre secret ! Tu sais, moi je sais bien garder les secrets. »

Et ce ne sont pas des paroles vides ! J'ai des exemples. Je pense par exemple à … mes parents ! A part Satoshi, je n'ai jamais rien dis à qui que ce soit. C'est un secret, parce que si jamais quelqu'un l'apprenait, tout le monde me rappellerait combien je suis faible et inutile pour le moment. Donc voilà.

Une nouveau bâillement m'échappe. J'ai de plus en plus de mal à articuler mes phrases. Finalement, je suis vraiment fatigué. Je me demande si c'est juste Chester ou si le produit de Yukio me fatigue, lui aussi. Quoiqu'il en soit, je me couche confortablement dans le lit et rapporte les couvertures à mon nez. Je les ouvre seulement un instant pour permettre à Chester de venir me rejoindre et je ferme les yeux.

« Bonne nuit, Yukio-nii-san. »

Certes, ce n'est pas la nuit, mais ce détail me passe par dessus la tête. Quelques secondes seulement ont du passer avant que je ne m'endorme. Sans doute que Chester m'a aidé à dormir en expirant une dernière fois avant que tout ne soit noir.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une poule sur un mur ! [Pv Yukio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Poule 5
» [LBBL 3] POULE IMPERIALE
» Poule surdouée Oeuf de billard
» Poule 1
» Kot Kot Codec [Poule]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exorcist's Life :: Assiah :: Académie de la Croix-Vraie :: L'Infirmerie-